Audace et ouverture

Lorsque, dans quelque décennies, des historiens se pencheront sur l’histoire micro économique de la période que nous vivons dans ce petit coin retiré du monde qu’est la France, ils s’intéresseront sans doute à une des sources d’information les plus riches pour comprendre le comportement des entreprises qui peuplent encore nos contrées : les petites annonces d’emploi et, plus particulièrement, celles qui concernent les élites, les forces avancées, les porteurs de projets, les managers, les leaders de nos entreprises, en un mot, les cadres.

Et là, sans doute, à force de statistiques et de recoupements, pourront-ils établir un parallèle entre la vitalité, la créativité, le dynamisme, les performances internationales de nos industries et cette extraordinaire récurrence de la demande des dirigeants, DRH et autres cabinets de recrutement : « expérience en tous points similaire exigée », « connaissance approfondie du marché xxx et des produits yyy indispensable », « vous avez une solide expérience de … la même chose… idéalement dans une entreprise …exactement identique… », « vous avez une parfaite connaissance de notre métier, de nos produits, de notre marché et, surtout, au cours de vos 20 ans d’expérience exclusivement consacrés à ce que nous connaissons nous-même déjà parfaitement, vous n’avez jamais rien fait ni vu d’autre ».

A défaut, par manque de recul, de pouvoir nous-mêmes établir ce parallèle, nous en sommes réduits aux conjectures et restons dans l’expectative…

Une Réponse à “Audace et ouverture”

  1. SLOSSE GENEVIEVE écrit :

    Il y a deux semaines, j’ai animé un atelier sur la négociation et le développement commercial pour un groupe de créateurs d’entreprises en formation dans une école de commerce assez réputée.
    L’ensemble des participants était déjà avancé sur le projet de création, voire avait déjà créé.

    J’avais prévu une intervention basée sur un jeu de questions et réponses qui devait donner lieu à débat sur chacun des thèmes que l’organisateur du programme avait inscrit à l’ordre du jour.
    En entendant chacun présenter son projet, je me suis rendue compte que ma proposition n’était pas adaptée à leur besoin (trop généraliste). Nous avons donc d’un commun accord revu l’objectif et redessiné notre matinée de travail (quels sujets seraient utiles pour eux).

    Dans la salle il y avait deux scientifiques chevronnés, un commercial, un ancien cadre plutôt dans la finance et un jeune développeur sur le net, tous venaient d’horizons trés différents.
    La meilleure réponse à apporter à la nécessité des échanges inter-compétences et inter-secteurs est l’accueil qu’ils ont apporté à ce débat. Chacun dans son domaine à trouver à travers les autres de nouveaux arguments, de nouvelles idées de contracturalisation, des positionnements plus précis de leurs produits…

    Pourtant, ces gens se rencontrent régulièrement, mais ils n’avaient pas échangé avec ce degré d’implication sur leurs projets. Il leur a simplement fallu un médiateur pour qu’ils se révèlent à leurs yeux et aux yeux des autres comme capables de créativité, d’imagination et de production de propositions concrêtes sur des sujets dont ils n’étaient une heure plus tôt pas du tout au courant.

    Depuis je m’interroge sur la nécessité de confier systématiquement le management d’équipe à des spécialistes. Je suis de plus en plus convaincue, avec l’expérience, que la richesse se nourrit de la diversité. Manager, c’est sûrement pour moi savoir valoriser la diversité dans l’entreprise à tous les niveaux.

Déposer une réponse

You must be logged in to post a comment.