Le changement, premier obstacle au changement ?

Paradoxe à méditer en cette rentrée où certains accèdent à de nouvelles fonctions alors que d’autres s’y préparent pour janvier. Quoi de plus normal et de plus souhaitable ? La cause est entendue : pour garder ses meilleurs cadres, il faut les faire progresser. Tous les trois ans parait un bon rythme, surtout avant 40 ans (après 50, l’escalier est trop étroit…).

Ainsi chaque année, de préférence en septembre ou en janvier, des milliers d’équipes (directions, services, unités de production, plateformes, centres de profit, succursales, magasins etc…) changent de tête. Et chacun de spéculer sur les trois prochaines années : une année pour prendre la dimension du poste, une année pour imposer sa marque, une année pour se placer sur la bonne orbite…

Beaucoup de ces promus qui arrivent dans leurs nouveaux postes ces jours-ci sont porteurs d’une mission : ils doivent « impulser le changement ».

Comment un manager peut-il entraîner dans le changement des équipes qui le savent de passage, des équipes avec lesquelles il ne partage ni histoire ni destin, des équipes qui en ont vu d’autres passer et tenter de laisser leur trace, des équipes qui se sentent gardiennes de la « vérité » de l’entreprise (tant cette « vérité » s’exprime par la durée)…

Comment entraîner sans entraîner avec soi ? Comme conduire le changement sans être solidaire des effets du changement ? Comment convaincre de changer si l’on n’incarne pas ce changement dans une durée raisonnable ?

La résistance au changement n’est-elle pas, parfois, la manifestation d’une certaine exigence : je veux bien changer mais pour la durée ?…

Une Réponse à “Le changement, premier obstacle au changement ?”

  1. DUPIN écrit :

    Hélas pour ne nombreux directeurs de site, d’entité, DURER est bien souvent un enjeu clé, au gré des pressions, des jeux de pouvoir, des fluctuations des résultats, des réactions de la “base” et de l’encadrement…

Déposer une réponse

You must be logged in to post a comment.